samedi, octobre 04, 2003

les (nouveaux) analystes sans frontières

Articles Date
http://mobynuke.net/sigmund/index.php

psychanalyse et théorie 2003-10-01 04:54:02
article de Roudinesco 2003-09-30 03:01:04
American Psychiatric Association 2003-09-30 03:01:04
un site modèle de psychothérapie 2003-09-29 03:31:17
psy articles and essays 2003-09-27 04:34:16
psy news 2003-09-27 04:17:43
la liste 'Thot' 2003-09-25 03:45:09
la voix et le regard 2003-09-25 03:45:09
Objet : indices 2003-09-25 03:45:09
psychanalyse et structures 2003-09-25 03:45:09

en dernière minute

Lacan & Freud par Frans Tassigny Posted by: franstassigny@hotmai [ Edit| Delete ]
"Lacan et Freud.



Le lacanisme est un avatar du freudisme. On comprendra que la cause laca-nienne se plaide comme la cause freudienne. Terrible impérialisme idéologique, institutionnel et politique que les “pyramidaux” de Lacan mèneront vers l’élaboration d’ une “international lacanian association” suite à la scission de 1963 avec l’AFP. L’innovation lacanienne réside dans la recherche de la théorisation du sujet de l’inconscient. Rendons à Lacan ce qui revient à Lacan, comme on laisse à l’Homme ce qui revient à sa mémoire. L’homme serait-il ligoté au mat de son navire (destin) tel l’Ulysse d’Homère auprès des sirènes si:



“l’amour c’est donner ce que l’ on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas”?
Ou alors, la célèbre phrase de Jacques Lacan rejoindrait-elle la pensée de Pascal, à savoir:



“tout ce qui est incompréhensible ne laisse pas d’être”
Jacques Lacan conçoit la critique littéraire dans la promotion de la structure du langage “telle qu’elle puisse recouvrir ce sujet neuf à se produire en tant que sujet divisé dans son être”; il poursuit par “c’est parce que l’ inconscient nécessite la primauté d’une écriture que les critiques glisseront à traiter l’oeuvre écrite comme se traite l’ inconscient.” Sous réserve que “l’oeuvre écrite n’ imite pas l’ effet de l’inconscient, elle en pose l’équivalent, pas moins réel que lui, à le forger dans sa courbure”.




Freud démontre que le “signifiant” a en quelque sorte été refoulé et que c’est là le point d’ appel du flux inépuisable de significations qu’il “précipite dans le trou qu’il produit” que Lacan commente comme suit: “interpréter consiste certes, ce trou, à le clore. Mais l’interprétation n’a pas plus à être vraie que fausse. Elle a à être juste, ce qui en dernier ressort va à tarir cet appel de sens, contre l’apparence où il semble fouetté au contraire.”¨
(Source: préface de Lacan “c’ est à la lecture de Freud” au livre de R. Georgin, Lacan).

frans tassigny

http://mobynuke.net/sigmund/article187.html

Aucun commentaire: