mercredi, novembre 26, 2003

Psychanalyse et recherche

Pychanalyse et recherche
_CONTRIBUTEDBY Anonymous le 24 novembre 2003 à 00:00:00 CET

De : aejcpp
À : "Undisclosed-Recipient:;"@postfix4-2.free.fr
Envoyé : dimanche 23 novembre 2003 16:31
Objet : Info colloques: Programme J. D. 2003, 29 nov, à Paris VII


L'association des jeunes chercheurs

vous informe dans le cadre de son partenariat avec le SIEURPP de la tenue du colloque suivant:




4ème Journée doctorale du SIUERPP

Nouvelles de l'inconscient

Université denis Diderot - Paris VII

29 novembre 2003





PROGRAMME




Samedi matin

Amphi 43 — Université Denis-Diderot, 2 place Jussieu, 75 005 Paris

9 h - 9 h 30 : accueil des participants

9 h 30 - 10 h : ouverture de la Journée (amphi 43)

Pr. Philippe Jaworski — vice-président de l'Université de Paris VII

Pr. Danièle Brun — vice-présidente du SIUERPP

Pr. Alain Abelhauser — responsable de la Journée Doctorale

10 h - 12 h 30 : tables rondes simultanées — 4 interventions, puis discussions



Table ronde 1 (salle J3)

Épistémologies et limites

Pdt de séance : Pr. B. Jacobi, discutants : S. Askofaré, S. Mendelsohn

Carina Basualdo (Paris 7) : L`inconscient de Lacan et celui de Lévi-Strauss

Jean-Claude Marceau (Paris 8) : Lacan et le surréalisme : une méprise fructueuse



Pierre Marie (Paris 7) : Le cadre épistémologique de la psychanalyse

Thamy Ayouch (Paris 7) : Une phénoménologie de l’inconscient ?



Table ronde 2 (salle J4)

L'adolescent

Pdt de séance : Pr. J-J. Rassial, discutants : , F. Gautier

Christian Bonnet (Aix-Marseille 1) : Nouvelles d'adolescent, ou Le mythe du juvénile

Marie Gaudenzi (Lyon 2) : Étude de la ritualité chez les adolescents antisociaux



Térésa Rebelo (Paris 5) : Décompensations psychotiques de l’adolescence au Brésil et en France

Évelyne Gosse-Oudard (Paris 7) : Sortir de l’adolescence, terminer son analyse …



Table ronde 3 (salle J5)

Dépressions

Pdt de séance : Pr. F. Marty, discutants : C. Cyssau, G. Michel

Panagiotis Aloupis (Paris 7) : Réflexions sur l'idéal et la dépressivité

Chantal Brunot (Paris 5) : Structurations narcissiques de la névrose obsessionnelle



Catherine Granval (Paris 5) : Sous le signe de l'inconscient, distorsions de l'espace-temps

Laurie Laufer (Paris 7) : Le temps des fantômes



Table ronde 4 (salle J6)

La croyance et le corps

Pdt de séance : Pr. D. Cupa, discutants : M. Lapeyre, A. Aymard

Nicolas Guérin (Aix-Marseille 1) : Qu'est-ce qu'un "athée viable" ?

Romuald Hamon (Rennes 2) : Le Padre Pio ; par la Croix, la Rédemption



Alexandra Olivero (Nice) : Des événements du corps à une quête du sens

Yann Tostain (Aix-Marseille 1) : Le concept d’incroyance chez Freud



Table ronde 5 (salle J7)

Mélanges 1

Pdt de séance : Pr. C. Hoffmann, discutants : P-H. Keller, A. Quaderi

Dimitra Douskos (Louvain) : La naissance de la tragédie des limites du rêve

Éléana Mylona (Paris 7) : La rencontre transférentielle et le langage



Tereza Pinto (Limoges) : La clinique psychanalytique : une praxis métasémiotique

Frédéric Vinot (Nice) : L’invocation professionnelle





Samedi après-midi

14 h - 16 h 30 : tables rondes simultanées — 4 interventions, puis discussions

Table ronde 6 (salle J3)

Freud, l'écriture, la psychose

Pdt de séance : Pr. L. Ottavi, discutants : F. Pommier, AEJCPP

Claire Mialhe (Toulouse 2) : Georges Perec nous donne des nouvelles de l'inconscient

Francine Aknin (Poitiers) : Le « Moïse de Michel-Ange » — Pour une métapsychologie du détail



Marie Dessons (Paris 7) : Métaphoricité des angoisses psychotiques

Laurent Combres (Toulouse 2) : Pour une interprétation des formations graphiques paranoïaques



Table ronde 7 (salle J4)

Addictions

Pdt de séance : Pr. A. Sirota, Discutants : O. Rosenblum, L. Lopez

Olivier Thomas (Aix-Marseille 1) : Transfert, passion et travail de deuil chez des femmes toxicomanes

Didier Veschi (Nice) : De la clocherie d'une énonciation



Fred Fliege (Amiens) : Enjeux topiques de l'expérience hallucinogène

Céline Simonnet-Toussaint (Bordeaux 2) : Quand l’inconscient s’invite à la table …



Table ronde 8 (salle J5)

L'enfant

Pdt de séance : Pr. F. Hurstel, discutants : A. Ducousso-Lacaze, V. Dufour

Florence Gautier (Bordeaux 2) : "Souviens-toi : on arrêtait pas de se discuter"

Claire Metz (Strasbourg 1) : À l’épreuve du divorce parental : enjeux psychiques



Gilbert Levet (Aix-Marseille 1) : Les enfants instables : vers une nouvelle subjectivité ?

Plilippe Claudon (Nancy 2) : L'instabilité psychomotrice infantile

Catherine Weismann-Arcache (Paris 5) : De l’usage du contretemps chez les enfants surdoués





Table ronde 9 (amphi 43)

Nouveaux symptômes ?

Pdt de séance : Pr. G. Guerra, discutants : O. Douville, AEJCPP

Mikaël Bonnant (Rennes 2) : Fonction subjective de l’imposture

Didier Lauru (Paris 7) : La dépersonnalisation, du nouveau dans le sujet ?



Grégory Charreton (Lyon 2) : L'inconscient à l'épreuve de la rue

Chantal Wagner (Paris 7) : Quelle « névrose universelle » pour l’hypermodernité ?



Table ronde 10 (salle J6)

Violences

Pdt de séance : Pr. B. Duez, discutants : C. Arbisio, C. Prat

Brigitte Blanquet (Lyon 2) : Conduites ordaliques : de la scène à la tentative de localisation psychique

Gilles Michel (Aix-Marseille 1) : Le récit de meurtre : des nouvelles de l’inconscient ?



Pierre-Paul Costantini (Rennes 2) : Cours et court circuit

Sophie Ferrucci (Lyon 2) : L’agir sexuel violent à l’adolescence



Table ronde 11 (salle J7)

Mélanges 2

Pdt de séance : Pr. M. Bertrand, discutants : , AEJCPP

Benoît Verdon (Paris 5) : Le fonctionnement limite saisi par le vieillissement

Chantal Macia (Lyon 2) : L'originaire et la scène sociale chez certains sujets au RMI



Claude Valentin (Paris 7) : Fondement d'une éthique de l'enfant

Hélène Romano-Chardin (Rouen) : Filiation traumatique de la révélation d'abus sexuel à l'école

Michaël Vauthier (Aix-Marseille 1) : Solitude traumatique en outre-mer(e) impossible





17 h - 18 h : conclusion de la Journée (amphi 43)

par les Professeurs Alain Abelhauser, responsable de la Journée Doctorale

Roland Gori, président du SIUERPP

Alain Vanier, co-organisateur de la Journée



20 h : diner (réservation nécessaire auprès de l'AEJCPP, par mail : http://aejcpp.free.fr

ou andre.quaderi@free.fr)





Nice (2000) : 27 ; Aix (2002) : 36 ; Paris VII (2003) : 46. Un nouveau loto, des résultats sportifs ? Pas du tout. Il s'agit du nombre de communications effectuées à chacune des dernières Journées Doctorales organisées par le SIUERPP, communications en nombre sans cesse croissant, on le voit. La quantité est-elle critère de pertinence ? Certes pas. Mais elle témoigne néanmoins d'un succès certain, d'un sérieux indubitable, et de la réalité de cette dynamique de travail dont nous faisions le pari il y a quelques années déjà.

Gageons, à présent, que toutes les conditions sont réunies pour que celle-ci se poursuive et prenne encore plus d'ampleur — l'an prochain, fin novembre, à Lyon II cette fois.



Alain Abelhauser



Arguments des communications

et coordonnées des intervenants









Francine Aknin (table ronde n° 6)

161, rue de Rennes

75006 Paris

06 63 73 76 82

aknin.pierre@wanadoo.fr

Département de Psychologie, Université de Poitiers

Directeur de thèse : Christian Hoffmann

Sujet de thèse : Espace analytique autour d’un objet sculpté. Le « cas » du Moïse de Michel-Ange

Titre de l'intervention : Le « Moïse de Michel-Ange » de S. Freud (1914) — Essai pour une métapsychologie du détail

Argument : Il s’agit de conceptualiser un objet esthétique par l’approche théorique du détail, de la trace, des impressions … dans l’auto-analyse de S. Freud. La statue de Moïse, territoire de conflits psychiques, lieu d’application de la méthode analytique et l’église de Saint-Pierre-Aux-Liens à Rome, lieu de « séances » fantasmatiques, se rapprochent du matériau inconscient. La condensation de l’écriture freudienne fera émerger Moïse comme sujet de l’inconscient, ouvrant alors la question de l’idolâtrie paternelle, du pouvoir de se « passer » d’un monothéisme, quand la jouissance de l’idole tombe, quand la matière esthétique s’épuise, ouvrant sur l’incomplétude, l’inanalysable.





Panagiotis Aloupis (table ronde n° 3)

4, rue Corvetto

75 008 Paris

01 45 62 11 43

panalou@wanadoo.fr

Centre d'Études en Psychopathologie et Psychanalyse, Université de Paris VII

Directeur de thèse : Jacques André

Sujet de thèse : L'idéal et sa place en psychosomatique

Titre de l'intervention : Réflexions sur l'idéal et la dépressivité à l'aide d'un cas de maladie somatique

Argument : Ma communication reprendra la question des liens entre l'idéal et la dépressivité à partir de la lecture de textes freudiens et à l'aide d'un cas souffrant de maladie somatique. Dans ce sens, l'idéal est vu sous l'angle d'une fonction défensive face aux aléas de l'altérité, tandis que cette dernière, en introduisant l'absence, la différence, la séparation, creuse la voie de la dépressivité dans l'espace psychique du sujet.





Thamy Ayouch (table ronde n° 1)
20, rue Saint Sauveur
75002 Paris
06 11 34 50 26

alrededores12@yahoo.es
Centre d'Études en Psychopathologie et Psychanalyse, Université de Paris VII

Directeur de thèse : Marc Richir

Sujet de thèse : L’Inconscient chez Merleau-Ponty : entre phénoménologie et psychanalyses

Titre de l'intervention : Une phénoménologie de l’inconscient ?

Argument : En dépit de sa position partagée à l’endroit de la psychanalyse, la pensée de Maurice Merleau-Ponty ouvre la voie à une véritable phénoménologie de l’inconscient, oxymore traduisant cette tentative de rendre compte de ce qui ne s’atteste pas directement. Devant cette recherche d’une “latence” commune à la phénoménologie et à la psychanalyse, notamment dans les questions de l’altérité, du sens ou de l’institution, il s’agirait de s’interroger sur la possibilité d’une telle phénoménologie de l’inapparent, et sur la / les psychanalyse(s) qu’elle vient à rencontrer.




Note: Simplement pour suggérer à ceux qui auront instant de parcourir les "arguments de communication" qui viennent après le programme de la journée du colloque avec la mention des participants, par exemple : Argument : L`influence de la linguistique structuraliste de l`Ecole de Prague a été trop soulignée à l`heure de considérer le rapport entre Jacques Lacan et Claude Lévi-Strauss. Une perspective épistémologique permet une étude approfondie de ce rapport, au-delà du récit historique et d`une interprétation paradigmatique. Dans cette occasion, nous analyserons la notion d`inconscient chez l`un et chez l`autre. L`accent sera mit plutôt sur les différences conceptuelles. Argument : Prendre un texte à rebours et retrouver l'ordre sous-jacent, le trait “d'incompréhension de la compréhension paranoïaque”, fut l'un des premiers objectifs de la lecture psychanalytique. À propos de Daniel Paul Schreber, Jacques Lacan identifia le travail qui fut celui de Sigmund Freud comme la formulation d'une interprétation psychanalytique symbolique du récit écrit d'un vécu paranoïaque. Quel(s) enjeu(x) pour la parole ? Argument : À chaque étape de la rationalité, nous assistons à la même difficulté d'accepter les nouveaux points de vue, les nouveaux paradigmes. Il s'agira de rappeler les termes du bouleversement épistémologique du XX° siècle qui, à la suite des travaux de Wittgenstein et Quine, a transformé la notion de science trop longtemps confondue avec le modèle de Galilée et qui permet d'y inclure de droit, quid juris, la psychanalyse. Or, ce bouleversement avait été anticipé par Freud. Pour n'en citer, presqu'au hasard, que quelques uns, d'autres sont encore plus intéressants. Cordialement, JPE



1 commentaire:

Anonyme a dit…

ups sorry delete plz [url=http://duhum.com].[/url]