samedi, décembre 06, 2003

Correction du retrait pécisé hier Révision Accoyer

Révision Accoyer
_

Accoyer: l'amendement sur les psychothérapeutes peut être revu

04/12 13:08 : Le premier vice-président du groupe UMP à l'Assemblée, Bernard
Accoyer, auteur d'un amendement règlementant l'activité des
psychothérapeutes, a indiqué jeudi qu'il pourrait être revu "dans un esprit
de concertation, d'ouverture et de réalisme", lors de l'examen du projet de
loi sur la santé publique au Sénat.
Cet amendement a été sévèrement critiqué mercredi par l'ancien Premier
ministre socialiste Laurent Fabius, qui a adressé une question écrite au
Premier ministre pour demander son retrait et engager "une concertation avec
les professionnels de ce secteur".
Dans un communiqué, M. Accoyer a rappelé que cet amendement avait été adopté
"à l'unanimité" le 8 octobre à l'Assemblée nationale dans le cadre de
l'examen en première lecture du projet de loi sur la santé publique.
"Si presque tous les professionnels concernés reconnaissent la nécessité
d'apporter sécurisation, information et de développer le droit des usagers
(...) le débat a mis en évidence que plusieurs dispositions de l'amendement
pourraient être revues dans un esprit de concertation, d'ouverture et de
réalisme", a-t-il expliqué.
Il a fait remarquer que les sénateurs débutaient ce jeudi leurs auditions
sur ce texte santé publique et qu'aux termes de celles-ci ils pourraient
"apporter les modifications qu'ils auront jugées nécessaires et répondre
ainsi aux attentes et critiques exprimées".
"L'essentiel est de protéger les usagers qui peuvent trop souvent, dans le
cadre actuel, devenir des victimes", a-t-il conclu.
-----------
M. Fabius demande le retrait de l'amendement sur les psychothérapeutes



03/12 18:57 : L'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius a demandé
mercredi à Jean-Pierre Raffarin de retirer l'amendement réglementant la
profession de psychothérapeute adopté lors de l'examen en première lecture
du projet de loi sur la politique de santé publique.
Dans une question écrite adressée au Premier ministre et déposée mercredi,
Laurent Fabius demande que M. Raffarin "engage sans attendre une large
concertation avec tous les professionnels de ce secteur".
Le 8 octobre, l'auteur de cet amendement décrié par les psychothérapeutes,
le député Bernard Accoyer (UMP, Haute-Savoie), avait expliqué qu'il
s'agissait de combler un "vide juridique" et de "sécuriser la pratique des
psychothérapies" actuellement exercées "sans le moindre contrôle".
Cet amendement stipule que seuls pourront exercer cette activité les
médecins ou psychologues "ayant les qualifications professionnelles
requises", celles-ci devant être fixées par décret. Les personnes qui ne
possèdent pas ces qualifications pourront toutefois continuer leur activité
si elles l'exercent depuis plus de cinq ans, à condition de satisfaire à une
évaluation de leurs connaissances par un jury dans un délai de trois ans.
Dans son argumentaire, M. Fabius souligne, outre l'absence "de concertation
préalable", le fait que le maintien de l'amendement aura "pour conséquence
d'exclure plus de 15.000 praticiens qui aident à lutter contre la souffrance
psychique et fragiliser le statut des autres professionnels en faisant peser
sur leur pratique médicale un soupçon généralisé".



Note: Marianne Ronvaux Répondre à : psychanalyse@yahoogroupes.fr Envoyer : vendredi 5 décembre 2003 12:04:38 À : Objet : [psychanalyse] Fw: [fcl-epcl-fr] Pour information | | Boîte de réception Pour info, amitiés, Marianne.

Aucun commentaire: