vendredi, mars 12, 2004

Psychanalyse, philosémitisme et antijudaïsme

Original Message -----
From: PSYCHANALYSE ACTUELLE
To: ronvaux@compaqnet.be
Sent: Thursday, March 11, 2004 7:56 PM
Subject: Dimensions de la psychanalyse - 13 et 14 mars 2004




Dimensions de la psychanalyse

Psychanalyse actuelle

organisent une

Journée d’études

le samedi 13 mars 2004 à 14h15 et le dimanche 14 mars à 10h

lieu : 4 place Saint-Germain des Prés, salle Chaptal



Psychanalyse, philosémitisme et antijudaïsme



En quoi le mot « Juif » fait-il signifiant dans la culture chrétienne afin de permettre de penser — de penser contre ?

Occupons-nous de nos amis, puisque contre nos ennemis nous sommes prémunis. Les livres de Jean-Claude Milner, Les penchants criminels de l’Europe démocratique, et de François Regnault, Notre objet a, tous deux édités par Verdier, prêtent à discussion. Leurs thèses vont dans un même sens qui appelle réponse. Faire du Juif, selon l’un, l’objet a de l’Occident, et, pour l’autre, son réel, donc son inassimilable (pour dire : son impossible), même avec des accents d’évidence, ne va pas de soi. Nous discuterons donc des options de Milner et Regnault.

Encore faudrait-il reconnaître s’il y a un objet particulier dont se détermine « du » Juif. Serait-ce l’extermination des Juifs ?

Ne pourrait-on soutenir qu’il n’y a de Juif qu’au titre d’une logique ni classique ni masculine ou universelle, mais impliquant un « tout » de hors-univers ? Et n’est-ce justement pas à cette même place que se tient l’analyste ? À ces questions il nous semble qu’il ne peut être répondu que conjointement. Le débat se poursuit donc dans la veine de notre colloque de 2003 sur L’Autre, l’hétéros, l’émissaire, histoire et structure.

Ne serait-ce pas deux abords de l’épars qui seraient opposables : d’une part, l’éparpillement protéiforme psychotique et, d’autre part, le particulier de l’individu pris dans un collectif en tant que démultiplié ? Bien autre chose, quoi qu’il en soit, que la prise (ou la destruction) en masse. Déjà Origène parlait d’une folie juive en poussant la conception de la circoncision jusqu’à la supposée castration.

Au moins une assurance : il n’existe pas de Non-Juif universel !

Comme le dit Lacan du symptôme (c’est à propos de l’obsessionnel, le 12 juin 1963), « la démarche analytique ne part pas de l’énoncé du symptôme […], mais de la reconnaissance de ceci, c’est que ça fonctionne comme ça. Cette reconnaissance n’est pas un effet détaché du fonctionnement de ce symptôme […]. […] c’est que dans le sujet quelque chose se dessine dont le caractère est qu’il lui est suggéré qu’il y a une cause à ça. »

Le judaïsme dit qu’être juif est une énigme pour l’humanité entière, y compris pour les Juifs. Les livres de Milner et Regnault tirent leur importance de contredire cette énigme : par leurs effets de certitude dans l’actualité. Mais, supprimant l’énigme, ils en annulent les conditions d’interprétabilité, comme le fait toute réponse préétablie.



Participation : 50 €
Étudiants : 25 €

à l’ordre de

Dimensions de la psychanalyse

10, rue Charles-Floquet 75007 Paris

Informations, tél. : 01 45 48 87 04

e-mail : dimpsy@wanadoo.fr

* Télécharger le Format Word ou Html





Dimensions de la psychanalyse

Psychanalyse actuelle



Psychanalyse, philosémitisme et antijudaïsme

4, place Saint-Germain des Prés



Programme





Samedi 13 mars 2004, après-midi



14h15 - 16h : - Débat entre Jean-Jacques Moscovitz et René Lew : Histoire et structure (II)



16h - 18h30 : - Jeanne Lafont et Claude Eisenberg : La question de l’écriture et du texte, dialogue



- Fernand Niderman :



- Nabile Fares : , vibrion





Dimanche 14 mars, matin





10h - 13h : - Amin Hadj-Mouri : Dévoiler la pruderie



- Thierry Perlès : Faut-il assécher le marais pas-tout ?



- Frédéric Dahan : Le retrait du nom











* Télécharger le Format Word ou Html

source :




De : Marianne Ronvaux
Envoyer : vendredi 12 mars 2004 9:47:08
À : "Frans Tassigny" , "frans tassigny"
Objet : Fw: Dimensions de la psychanalyse - 13 et 14 mars 2004

Aucun commentaire: