mardi, mai 11, 2004

psychanalyse et éditions

psychanaltse et clinique

Anonymous a écrit : "
----- Original Message -----
From: g.morel-kaltenback
To: dire ; alef1
Sent: Monday, May 10, 2004 10:22 AM
Subject: [dire] 13 mai 2004, Groupe d'études de cas : L'obstacle à la guérison analytique, à 21 h15 à Paris



Groupe d'études de cas : L'obstacle à la guérison analytique


Lors de notre rencontre en janvier 2002, nous avons décidé d'organiser un groupe d'études de cas en partant du principe énoncé en 1937 par Freud dans "L'analyse avec fin et l'analyse sans fin"(p. 236) :
"L'intérêt des analystes ne me semble pas du tout bien orienté en ce domaine. Au lieu d'examiner comment la guérison advient par l'analyse, ce que je tiens pour suffisamment élucidé, la question à poser devrait être : quels obstacles se trouvent sur le chemin de la guérison analytique?"
"
Transmis par aubedor le 11 mai 2004 à 00:00:00 CEST (0 lectures)
(Suite... | 4561 octets de plus | commentaires ? | | Score: 0)




Pyschanalyse et biographie

Anonymous a écrit : "

Pour vous guider pas à pas dans votre démarche rédactionnelle






Mise à jour : 28 Avril 2004. Copyright Editions Plumerolles





L'Association Calcre (information et défense des auteurs) est aujourd'hui en danger de mort !
Comité de Soutien au Calcre : Cose-Calcre
Plus d'infos sur leurs sites : www.calcre.com ; www.cosecalcre.com

"
Transmis par aubedor le 10 mai 2004 à 00:00:00 CEST (2 lectures)
(commentaires ? | | Score: 0)




la schizophrénie et ses traitements

Anonymous a écrit : "Succès d’un traitement bref cognitivo-comportemental dans la schizophrénie

Date de création : 10 mai 2004


Les difficultés d'adhésion au traitement antipsychotique grèvent le pronostic de la schizophrénie. De ce fait, des approches psycho-éducationnelles et cognitivo-comportementales ont été développées afin d'améliorer la compréhension de la maladie par le patient et par conséquent accroître l'observance. Les thérapies cognitivo-comportementales ont montré, dans ce domaine, leur efficacité durable.

D Turkington et coll. ont voulu savoir si ce type de traitement pouvait être utilisé par des infirmiers psychiatriques dans le cadre d'interventions brèves. Ils ont donc inclus 422 schizophrènes britanniques âgés de 18 à 65 ans qui ont été tirés au sort pour recevoir le traitement usuel seul (groupe témoin ; n = 165) ou associé à une thérapie cognitivo-comportementale administrée par des infirmiers psychiatriques (n = 257). Ceux-ci ont été préalablement formés pour délivrer le traitement grâce à un stage intensif de 10 jours puis ont été contrôlés régulièrement pendant l'étude. Les patients ont quant à eux, bénéficié d'au moins trois séances de thérapie cognitivo-comportementale et ont reçu du matériel éducatif sous forme de brochures.

Une surveillance a été maintenue 9 mois après la fin de l'étude afin de s'assurer du caractère durable de l'efficacité du traitement. Ce dernier a entraîné une amélioration significative de la symptomatologie globale, de la compréhension de la maladie par le patient et des symptômes dépressifs, par comparaison avec le groupe témoin. Notamment, 57 % des malades ont déclaré que ce programme leur avait permis de « comprendre leur affection comme jamais aucune autre intervention auparavant ». Si les symptômes psychotiques n'ont pas été améliorés par cette prise en charge, il n'y a pas eu non plus d'accroissement des idées suicidaires.

Dr Aurélie de Palma


Turkington D et coll. : « Effectiveness of a brief cognitive-behavioral therapy intervention in the treatment of schizophrenia ». Br J Psychiatry 2002 ; 180 : 523-527. Copyright Sanofi-Synthelabo France 2004.




"
Transmis par aubedor le 10 mai 2004 à 00:00:00 CEST (0 lectures)
(Suite... | 5832 octets de plus | commentaires ? | | Score: 0)




Aucun commentaire: