samedi, avril 03, 2004

commentaires lacaniens

Dr William Théaux

Je cherche en vais des arguments pour répondre à Monsieur Richard Abibon, pouvez vous me donner des pistes...

A vous lire

Amicalement

Tassigny Frans




commentaires lacaniens
_CONTRIBUTEDBY Anonymous le 01 April 2004 à 00:00:00 CEST

Frans Tassigny



Vous m'aviez déjà demandé de commenter autre chose, et j'ai pas eu le temps.
Cette fois je saute sur votre invite. Mais qui a écrit ce que vous me
soumettez là ? (à part le chapeau de Lacan bien sûr, mais c'est où dans les
Ecrits ?



"les paroles entrainent une dette ineffaçable" (J.LACAN "Ecrits")

Au cours de la cure psychanalytique, de l'analyse, avec son sens du vécu, de
la situation, de l'épisode crucial et du dialogue, Lacan peut découvrir,
isoler des traits de comportement, des signes, des attitudes, des bribes de
discours, qui à eux seuls dénotent une identité profonde, composant un
rituel social et dédramatisant la condition humaine. Archéologue du mobilier
psychique, nomenclateur des symboles, linguiste, tout à la découverte d'un
immense assemblage de figures et de passions; fresque vivante du théâtre de
la vie
tassigny frans




c'est difficile de parler d'un tiers. Comment peut-on savoir comment
pratiquait Lacan ? lorsqu'on a été en analyse avec lui, oui, on peut dire
quelque chose de lui / mais ça ne sera jamais une description de Lacan ; ça
sera une description de l'effet que Lacan a eu sur cet analysant-là, tel que
cet analysant-là peut en parler.

Donc à partir de quoi puis-je commenter, moi qui n'ai pas fait mon analyse
avec lui ? Avec ce que j'ai lu de lui, avec ce que j'ai compris moi-même de
l'analyse dans ma propore analyse.

A partir de ça, ce texte me semble bien à côté de la plaque !

Je ne saurais dire qu'il a un sens du vécu : il a une écoute. Lacan, à mon
sens ne découvre rien : il laisse se découvrir. Et il ponctue, il coupe la
séance lorsque quelque chose se découvre ;

En tout cas il n'a jamais découvert, à mon sens aucun trait de comportement
: il n'est pas comportementaliste, ni caractèrologue. Le « comportement » n'
est pas un concept analytique ni un objet d'attention pour le psychanalyste.
Un comportement s'observe se décrit, c'est ce que font en effet les
éthologue qui observent le animaux dans leur milieu naturel, ou les
comportementalistes objectivistes qui appliquent çà à l'homme, comme si l'
homme ne parlait pas. La psychanalyse prend le contre-pied de cela : l'homme
parle, et c'est lui seul qui peut rendre compte de lui-même, non un
observateur extérieur. Par contre pour parler, il lui faut un interlocuteur.
Mais ce n'est pas du tout la même chose.

Il ne s'agit pas du tout non plus de découvrir une identité profonde. La
profondeur git dans la surface des choses a dit je ne sais plus qui, et la
psychanalyse le reprend volontiers. Vu le contexte, c'est comme si, ici, «
identité » équivalait à « personnalité ». l'analyse ne se préoccupe pas de
la personnalité, sauf à la qualifier de ce qu'elle est dans le discours de
Lacan : la personnalité, c'est la paranoïa. Il s'agi au contraire en analyse
de débloquer les fixations identitaires , qui renverraient à un moi
immuable, et de restituer toute sa souplesse et ses capacités de changement
à un sujet proprement insaisissable.

En particulier, les rituels sociaux y sont quelque peu bousculés, si tant
est qu'ils contribuent au maintien des fixations identitaires. Par contre
que ça dédramatise, ça oui, ça ne fait aucun doute ;





Enfin : »Archéologue du mobilier
psychique, nomenclateur des symboles, linguiste, tout à la découverte d'un
immense assemblage de figures et de passions; fresque vivante du théâtre de
la vie

Si ça se veut poètique, je veux bien que ce soit bien dit, mais c'est encore
à côté de la plaque ; en particulier « nomencalteur de symboles » ne
convient pas du tout. Lacan parle tout le temps du symbolique, qui est une
fonction, jamais des symboles, qui sont des objets. Il insiste même beaucoup
là-dessus. Il ne s'agit certainement pas de repérer une nomenclature des
symboles, et il ne l'a pas fait. Ça pourrait être lu comme une sorte de «
dictionnaire des symboles ». Cette expression augure mal de la lecture qu'on
peut faire de « archéologue du mobilier psychique », car ça insisterait
plutôt sur le côté immobile et lourd du mobilier, alors qu'il s'agit au
contraire de faire en sorte que ça déménage. Et puis l'archéologue s'occupe
de déterrer des objets, et encore une fois, la psychanalyse ne s'occupe pas
des objets mais du sujet. Bien sûr, Freud avait comparé le psychique à un
lieu de fouilles archéologiques avec toutes ses couches superposées. mais
toute l'ouvre de Freud va dans le sens d'une dynamique, c'est en tout cas
ainsi que je la lis. Même les dits « objets enfouis » il les décrit comme
animés d'une vie propre, qui est la vie du sujet. C'est pourquoi ce genre de
comparaison a ses limites.

Donc je veux bien figures et passions, fresque du théâtre de la vie, surtout
s'il s'agit de celle d'Orvieto. mais ces différents vocables, pour poétiques
qu'ils soient, ne rendent pas compte de l'articulation fondamentale de la
lettre et du signifiant. Notamment, Lacan a parlé de la passion du
signifiant, et de ces trois passions humaines que sont l'amour la haine et l
'ignorance..

Voilà , il est dommage que l'emploi de quelques termes malheureux grèvent l'
ensemble de la compréhension du texte, qui pourrait être pris très
positivement s'il n'y avait ces appositions douteuses donnant à lire un
contre sens de travail de Lacan et de la psychanalyse.

Richard Abibon
60-64 rue Emériau
Tour Panorama entrée sud. 23ème appt 04
75015 Paris
01 45 75 15 22 / 06 84 75 94 06
richard.abibon@wanadoo.fr
http://perso.wanadoo.fr/topologie/



Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe


Vous n'avez pas encore de compte?
Enregistrez vous !
En tant que membre enregistré, vous bénéficierez de privilèges tels que: changer le thème de l'interface, modifier la disposition des commentaires, signer vos interventions, ...


Liens connexes
· Plus à propos de Nouvelles
· Nouvelles transmises par aubedor

--------------------------------------------------------------------------------

L'article le plus lu à propos de Nouvelles:
Discours au Psychanalystes (J.Lacan)



Article Rating
Average Score: 5
Votes: 1




Please take a second and vote for this article:












Options

Format imprimable

Envoyer cet article à un(e) ami(e)

Admin:
[ Ajouter | Editer | Supprimer ]



"Login" | Connexion/Créer un compte | 1 commentaire | Search Discussion
Disposition -1 0 1 2 3 4 5 Pas de commentaires Emboités A plat Par discussions Le plus vieux en premier Le plus récent en premier Le plus haut score en premier

Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !




Re: commentaires lacaniens (Score: 0)
par Anonymous le 01 April 2004 à 16:45:02 CEST
(IP: 212.78.204.58)
En effet, je voulais avoir votre avis sur les travaux de W.Théaux :Lacan :
théorie
28 mars 2004 à 00:00:00 CET par aubedor (12 lectures)repris sur :
http://membres.lycos.fr/aubedor/lamoire/

Quand à l'aphorisme de Lacan, j'avais encore cela en mémoire de mes lectures
passées et ai tenté une correspondance avec un texte un peu égérique je vous
l'avoue, mais ce n'est point laudatif pour plaîre, mais toujours de mémoire
"
>Au cours de la cure psychanalytique, de l'analyse, avec son sens du vécu,
>de
>la situation, de l'épisode crucial et du dialogue" voilà sur quoi je
>m'arrète avec cette dette de la parole, comme si l'on d'une certaine
>manière étaient passé à un autre stade de la communication.

cordial
tf