lundi, novembre 21, 2005

Paris brûle -t-il ? par Frans Tassigny - 18/11/05

Paris brûle -t-il ? par Frans Tassigny - 18/11/05

La haine, la misère, la peur ont toujours "su" où se forme leur ennemi : à l'extérieur de soi. La psychanalyse démontre que la menace est interne. Mais elle ne l'est que pour une culture qui soit capable d'intérioriser, d'avoir séparé l'intérieur de l'extérieur. Toutes les formes de culture ne le font pas. Cette guerre des banlieues sans idéal, mais non tout à fait sans causes est évidement une guerre de défense culturelle, deux visions du monde s'affrontent, mais l'une doit se défendre contre elle-même, c’est-à-dire contre un désir inconscient donc refoulé qui la fait agir. "ce n'est pas une guerre, c'est une opération de police...." Mais ce que l’on oublie de dire c'est que cette" opération de police "est également confrontée à l'inadaptation d'une société, aux villes dortoirs.
Enfin, cette réaction du pouvoir avec ce besoin de punition revêt la forme d'une autojustification morale et juridique qui plonge ses racines dans les tréfonds de l'inconscient.
VOILA POURQUOI C'EST CELUI-CI LE VÉRITABLE SUJET-OBJET DE CES TROUBLES. A chaque voiture incendiée dans Paris, c'est "le petit a" de la révolte contre une société injuste qui s'exprime...

Les trois chaînes de perception de la "réalité" ne fonctionnent plus, non seulement ces violences urbaines viennent de briser ces trois registres mais surtout elles s'expriment si l'on peut dire, directement dans l'une d'elles "LE SYMBOLIQUE".
Sa structure même ressemble à une explication de texte....., l'inconscient les a renvoyés.
Dans ces conditions l'objet des émeutes, c'est le discours. Le signe en a été l'incapacité de tout ces acteurs et intervenants à produire un champ d'écriture autonome.
Dans ses "Considérations actuelles" en 1915 Freud démontrait que les guerres provoquent de la désillusion et que la grandeur de la désillusion est proportionnelle à l'importance que les hommes attachent à l'illusion.
Dans ces émeutes, chacun est absent de la vision culturelle de l'autre.
L'homme demeure enfant de peur de s'aventurer dans un univers hostile, qui porte le visage de l' ÉTRANGER.
Cette rencontre entre un monde hostile et un homme fragile pose ou repose la question de savoir si un peuple (ou une culture) a le droit de mettre un processus qui conduise, selon ses critères, à une existence plus policée de l'humanité ; à une République policière pour être en l'occurrence plus direct....
Je vous propose ultérieurement de commenter la lettre de Freud à Einstein
(1933) car Freud oppose les caractères psychologiques de la culture à la barbarie de la guerre....


Frans Tassigny (Ostende BELGIQUE)

Répondre à l'auteur de l'article :

Aucun commentaire: