jeudi, janvier 19, 2006

analyse laïque

2006, année Freud

Parce que Schlomo Sigismund, dit Sigmund, est né en 1856, nous fêtons en 2006 les 150 ans de sa naissance. L’inventeur de la psychanalyse a ferraillé toute sa vie pour que sa découverte ne soit ensevelie : ni sous des réglementations tatillonnes, des procédures rigides, ou des ritualisations - ni sous les haines et les querelles intestines.

Il y est parvenu : la psychanalyse a su traverser les Océans en même temps que dangers, trahisons, totalitarismes et barbaries. Réinventée par chaque génération d’analystes et transmise à la suivante, elle est parvenue jusqu’à nous.

Et nous voici à l’heure où, dans un mouvement international de mise au pas du « champ psy », le gouvernement français annonce la publication pour janvier 2006 des décrets d’application de l’article 52 de la loi du 9 août 2004 sur le titre de psychothérapeute.

Nous voici au moment où dans le droit fil du rapport Cléry-Melin et d’une série de réformes de la santé mentale, le patient vient de se voir retirer, en décembre 2005, le droit d’accéder directement à son psychiatre tandis que des experts, après avoir recommandé d’évaluer la santé mentale de tous les élèves de classe de Troisième, proposent désormais de dépister les troubles du comportement de tous les enfants dès l’âge de 36 mois…

Cependant, devant cet horizon de normes, de procédures toujours plus contraignantes, l’histoire de la psychanalyse nous enseigne que toujours nous conservons la liberté de contrer la peur, la crainte et l’abattement. Par la force du désir. Par la cause du désir.

L’histoire récente nous apprend, grâce au combat engagé par Jacques-Alain Miller et d’autres contre cette idéologie sécuritaire, à dire non. Tout en maintenant vivace la force de proposition que promeut ce désir.

Fêter Freud, continuer de faire retour à son œuvre et à celle de Lacan pour y appliquer notre désir de travail et nous maintenir sur la brèche, tel est le Vœu que nous formulons pour animer le travail de l’association en cette année 2006, troisième année d’(a)lpha.

Armelle Gaydon et Benoit Drunat


(a)lpha au travail

Aucun commentaire: