mercredi, janvier 18, 2006

Bourdieu répond à Cohn-Bendit.

Pierre Bourdieu




liens




Bourdieu répond à Cohn-Bendit.

Libération, le mardi 12 janvier 1999. Voir la lettre de B.C.-B ; le texte d'Halimi.


ibération a publié à mon propos un certain nombre d'allégations que je voudrais rectifier.

Si j'ai été contraint de refuser de débattre à la télévision avec Daniel Cohn-Bendit, c'est que ce débat, envisagé il y a plus d'un an, changeait de sens et de fonction dès le moment où Daniel Cohn-Bendit était désigné comme le candidat officiel d'un parti aux élections européennes: il devenait, dès lors, un élément d'une campagne électorale.

J'en vois d'ailleurs la preuve dans le fait que Daniel Cohn-Bendit se soit empressé de l'annoncer dans les journaux sans attendre qu'il soit confirmé.

Ou dans le fait que la lettre ouverte que Daniel Cohn-Bendit a écrite à Libération pour déplorer l'annulation de ce débat m'ait été adressée alors que l'article des Inrockuptibles consacré à Daniel Cohn-Bendit était signé de Serge Halimi. Manquement d'autant plus étonnant que, tentant de prévenir les procédés habituels d'amalgame, je disais, dans mon avant-propos à ce numéro, que les personnes à qui j'avais la chance de pouvoir donner la parole n'étaient en rien mes porte-parole et que je n'étais pas nécessairement d'accord avec eux sur tout ce qu'ils pourraient dire.

De cette affaire, bien médiatique, est sortie une création typiquement médiatique, celle d'un collectif de «bourdieusiens», entité mystérieuse qui permet de me tenir pour responsable de propos que je n'ai pas tenus en même temps que d'en déposséder ceux qui les ont réellement produits, selon l'idée que l'on se fait communément - et non sans quelque raison - du fonctionnement des partis.

Or, il serait temps que les journalistes apprennent à reconnaître qu'un propos peut être très important intellectuellement ou politiquement, lors même qu'il émane d'un simple citoyen inconnu ou isolé, ou, au contraire, tout à fait insignifiant, lors même qu'il émane d'un homme politique «important» ou d'un porte-parole autorisé d'un «collectif», ministère, Eglise ou Parti.

Aucun commentaire: