lundi, mars 13, 2006

Changer les mythes pour changer le monde par Hervé fischer

Changer les mythes pour changer le monde
Car pour changer le monde, il faut en finir avec le misérabilisme religieux et psychanalytique. Cesser de cultiver une souffrance primitive et le masochisme qui l’exalte comme une assurance pour l’au-delà. Renoncer à nous envelopper dans les plis d’une douleur mythique incurable. Se moquer de l’interdit originel, mordre à pleines dents dans la pomme du paradis terrestre et classer cette fadaise de péché originel dans les contes et légendes.

2 commentaires:

Hervé Fischer a dit…

"La psychanalyse se présente elle-même comme une thérapie impliquant la
soumission aux contraintes d'une « normalité » sociale. Elle promet
d'alléger les souffrances du patient en le réadaptant au carcan de la
société sous le signe du « principe de réalité » familial et politique."
Frans Tassigny me dit que cette phrase a fait bondir certains psy et me demande de m'expliquer.

pourriez vous expliquer svp

Hervé Fischer a dit…

"La psychanalyse se présente elle-même comme une thérapie impliquant la
soumission aux contraintes d'une « normalité » sociale. Elle promet
d'alléger les souffrances du patient en le réadaptant au carcan de la
société sous le signe du « principe de réalité » familial et politique."
Frans Tassigny me dit que cette phrase a fait bondir certains psy et me demande de m'expliquer.

Beaucoup de psychanalystes, psychologues et psychiatres se refusent à avoir une conscience politique dans leur pratique thérapeutique et se réfugient dans un professionnalisme médical excluant d'y mêler des questions politiques, comme des autruches dans le sable. Pourtant, la société bourgeoise viennoise des XXIe et XXe siècles,la société dite de classe moyenne actuelle ont secrété des imaginaires sociaux, des valeurs, des normes dont nous sommes tous imprégnés dans nos psychismes individuels. Le fameux principe de réalité n'est pas une norme vitale de base, mais une interprétation sociale, culturelle, donc politique du "réel", qui induit donc des valeurs et des normes intégratrices et hautement questionnables. La normalité est nécessairement idéologique. Quelle inconscience que celle des thérapeutes qui veulent l'ignorer. Les gauchistes sont rares dans la profession. Pourtant, une thérapie devrait viser la liberté et la lucidité de l,individu, plutôt que la conformité ou la normalité à une civilisation, à une société, qui précisément sont la source même de ses maux, de ses difficultés, voire de son refus à se "normaliser".
Un peu plus de lucidité et de conscience, svp! Antonin Artaud valait mieux que ses thérapeutes!