vendredi, mars 31, 2006

Gérard Badou Madame Freud

Gérard Badou Madame FreudPayot (2006)

"Ma mère croyait en mon père mais pas en la psychanalyse", a dit un jour Anna Freud. C’est sans doute la raison pour laquelle on sous-estime trop souvent Martha, née Bernays (1861-1951). Elle fut pourtant une épouse dévouée durant un demi-siècle et donna six enfants à ce père qui ne fut pas seulement celui de la psychanalyse.

Elle a vingt ans lorsqu’elle fait la connaissance de Sigmund, de six ans son aîné, mais ils restent longtemps séparés avant de se marier, ce qui inspire au fiancé près d’un millier de lettres. Très vite, il s’emploie à affranchir Martha de l’influence de sa mère et de sa foi religieuse. Cet homme qui va devenir un patriarche autoritaire aura pour disciples et amies des femmes exceptionnelles avec qui Mme Freud devra compter, ainsi Lou Andreas Salomé ou Marie Bonaparte, sans oublier sa propre soeur, Mina Bernays, puis sa fille cadette, Anna. Après la naissance de celle-ci en 1895, le professeur impose à sa compagne une chasteté totale. À trente-quatre ans, Martha semble bien destinée à n’être plus qu’une parfaite maîtresse de maison s’employant, comme elle le dit, à "préserver [son] mari des petites misères de la vie quotidienne". Mais à partir des années 1920, et malgré la forte présence d’Anna, le douloureux cancer de Freud donnera toute sa mesure à l’indicible tendresse du vieux couple.- Présentation de l'éditeur -

Aucun commentaire: