jeudi, mai 04, 2006

psychanalyse et cinéma

LE REGARD QUI BAT . . . Le cinéaste et son œuvre



Site Internet : Le Regard Qui Bat



L’œuvre, pas plus que le regard, ne se consomme. Qu’est-ce qui, dans une œuvre, regarde chaque spectateur, et le captive ?

Le cinéaste fait œuvre à mettre le regard en scène. Le regard est au cœur de l’œuvre, et non pas extérieur à elle.

C’est en l’y déposant que l’artiste, faisant événement, nous donne notre réel à voir.



Proposé par Psychanalyse Actuelle, Le Regard Qui Bat, c’est un dimanche par mois la projection d’un film suivie d’un débat entre spectateurs, cinéastes, psychanalystes, philosophes, historiens… au Cinéma Escurial Panorama.



Organisation : Barbara Didier, Maria Landau, Françoise Moscovitz, Véronique Haguenauer, Catherine Erman, Nabile Farès,

Jean-Jacques Moscovitz, Vanina Micheli-Rechtmann, Fred Siksou et d’autres…



Cinéma ESCURIAL PANORAMA

11, Bd de Port- Royal 75013 PARIS



Dimanche 14 Mai 2006 à 10h30



Invitation du Groupe Asphère pour la projection suivie d’un débat du film:

La Captive

de Chantal Akerman

1999







Débat avec Chantal Akerman

Animé par Le Regard Qui Bat et Asphère :

Jean -Jacques Moscovitz, Claude-Noëlle Pickmann, Fred Siksou, Vanina Micheli-Rechtmann et d’autres,…



Avant propos au débat :



…pour elle, est-ce qu’exister, c’est être là, est-ce la liberté ? Pour lui est-ce la recherche d’une limite de son désir, est-ce lui le captif ?…



Le synopsis :



Ariane vit chez Simon dans un grand appartement parisien. Sous surveillance. Il veut tout savoir d’elle, la suit, la fait accompagner dans ses sorties, cherche à la surprendre et la soumet à un questionnement incessant.



Pourtant Ariane arrive à préserver, envers et contre tout un espace de liberté tant mental que physique: elle est comme ça, elle est libre. Quand bien même elle consent totalement à une sorte de rituel, rituel sexuel d’abandon où il peut absolument disposer d’elle, de son corps, de sa bouche, et de son sommeil, là encore elle lui échappe et plus que jamais sans doute.



Demande impossible: demande de fusion totale, d’osmose, volonté obsessionnelle de pénétrer totalement la subjectivité de l’autre, il y a tout simplement que l’autre est autre, irréductiblement autre, l’autre est un étranger et Ariane lui restera toujours opaque.



Ce sujet est inspiré du roman de Marcel Proust, La prisonnière.



Renseignements Le Regard Qui Bat : psyact@free.fr Site : Le Regard Qui Bat

Contact pour l’organisation de projections : http://www.cinema-tm.com - tm@cinema-tm.com

Prochaine projection : Dimanche 18 Juin





« Il y a en effet un chemin qui permet le retour de l’imagination à la réalité, et c’est l’art. », Sigmund Freud

Aucun commentaire: