mardi, juin 13, 2006

Notes sur l'inconscient chez Proust

Si à l'opposé de Proust, Freud cherche un éclairage de l'inconscient démêlant sa toile tramée de transpositions et de substitutions, Kafka sombre également dans d'inquiétudes pensées sorte de viscosité menant en ce territoire ténébreux là où la Raison n'impose point sa méditation.

Mais tout deux (K&P) arrivent cependant à extraire de ces cavernes pour devenir "réfléchissantes comme faite du front de notre chaire là où elle est devenue des yeux"

Voyez également ces ruines de Piranèse baignées de halos qui semblent parodier l'Enéide lorsque le palais de Pluton "et son royaume de simulacres" dicte à La Sibyle et Enée le chemin où franchir la porte des Enfers.
Voyez enfin Ulysse qui permet aux morts muets et sans mémoire de s'approcher de la fosse et de boire le sang...

Mais Proust nécromancien au contraire d'Homère "où les souvenirs s'envolent comme des songes", ces souvenirs retrouvent la parole et renaissent libérés par la grâce, ils connaissent une sorte de résurrection, un processus de remémoration, fulgurance instantanée immédiate : "un azur profond " c'est Venise, "un océan qui déploie son plumage vert et bleu" c'est Balbec.

Tout deux réels sans être actuels, idéaux sans être abstraits..
ft

1 commentaire:

http://www.qwarkpsy.eur.st/ a dit…

"Proust, poète et
psychanalyste" en 1999 chez l'Harmattan qui rejoint ce que vous en dites.Le
site ci-dessous vous renseigne assez bien sur ces travaux.

icalement,

Philippe Willemart
rua Pio VII, 86
05657 220 S?o Paulo(Brasil)
http://planeta.terra.com.br/arte/ms_psicanalise