lundi, novembre 27, 2006

le rendez-vous psy...

J’ai le tournis. Je me sens lessivé, lavé du cerveau.

Comme à chaque fois que je vois un nouveau psy.
Que lui dire ?
Je ne sais pas par où commencer, comment exprimer ce que j’ai au fond de moi. Je déteste ça. J’appréhende comme un fou ces entretiens. Je me sens tellement misérable devant cet inconnu, à déballer ma vie, mes angoisses, à exprimer à haute voix des expériences douloureuses.

De temps en temps, je suis obligé de détourner le regard, je sens les larmes monter… Moi qui ne pleure jamais, je me sens abandonné, mis à nu sur une table de torture sans savoir ce que l’on va me faire. Je pense à la crise, comme un besoin. C’est une des conséquences négatives de ces entretiens. Les crises post-psy.
Et ça n’a pas raté. Une après chacun des rendez-vous.
Pourquoi continuer ? J’étais justement chez mon ancien psychiatre ce matin, pour lui dire que je ne croyais pas aux thérapies que je suis.
Il a réussi à me convaincre de continuer ma psychanalyse, et d’essayer avec une autre psy (le rdv de l’après-midi que je souhaitais annuler) vu qu’il habite trop loin de chez moi maintenant. Mais je n’ai toujours pas la réponse à ma question sur laquelle il s’est embrouillé : d'accord, la psychanalyse a pour but d’identifier les peurs et leurs causes. Mais une fois identifiées, ça changera quoi ?
Personne ne peut me répondre.

Aucun commentaire: