vendredi, novembre 24, 2006

L'inconscient freudien au crible des neurosciences

Critique L'inconscient freudien au crible des neurosciences

Comment fonctionne notre cerveau ? Quelle est la part du conscient et celle de l'inconscient ? Neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et normalien, Lionel Naccache se penche sur cette question.

Comment fonctionne notre cerveau ? Quelle est la part du conscient et celle de l'inconscient ? Neurologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris et normalien, Lionel Naccache se penche sur cette question intrigante depuis plusieurs années, notamment en collaboration avec Stanislas Dehaene.
Armé des savoirs nés du "ménage à trois" que forment la psychologie cognitive, l'imagerie cérébrale et la neuropsychologie clinique, il dévoile pas à pas ce que les neurosciences nous apprennent sur l'inconscient. Cela accompli, il confronte cette vision à celle de l'inconscient tel que Freud l'a défini afin de mettre au jour les convergences et divergences entre ces deux approches
if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD('x40')} else {OAS_AD('Middle')}

A partir du récit détaillé - peut-être trop, trouveront les lecteurs profanes - d'expériences avec des patients au cerveau lésé, Lionel Naccache met en évidence l'existence d'une perception et d'une motricité "hors conscience". Il en ressort que notre cerveau fonctionne de manière beaucoup plus subtile que ne le supposaient les théories attribuant une aire unique à chacune des fonctions (vision, audition, langage...).
Autrement dit, loin d'être l'"idiot de la famille", l'inconscient regroupe des contenus riches et divers. Il n'existe pas un lieu qui lui soit dédié, mais il repose au contraire sur une multiplicité de substrats cérébraux. De même qu'"il n'existe aucune région cérébrale dont l'activité serait exclusivement et nécessairement réservée aux pensées conscientes". Enfin, inconscient et conscient ne sont pas deux mondes qui s'ignorent. L'inconscient est "souple et sensible aux modifications dynamiques de la conscience du sujet".
Cet "inconscient cognitif" correspond-il à celui décrit par Freud ? Certes, "plusieurs idées importantes semblent communes à ces deux démarches théoriques" : "La richesse de l'inconscient, le statut originairement inconscient de toute représentation mentale, le rôle de l'attention dans la prise de conscience et enfin la division de l'espace inconscient en plusieurs catégories qualitativement distinctes".
Au terme de son inventaire, l'auteur avoue pourtant sa "déception". Pour Lionel Naccache, grand lecteur de Freud, "le coeur de la psychanalyse freudienne de l'inconscient, c'est-à-dire le concept de refoulement, et certaines propriétés des représentations mentales inconscientes postulées par Freud sont en absolue contradiction avec ce que nous connaissons aujourd'hui du fonctionnement mental et de sa physiologie".
Freud a, selon Lionel Naccache, doté l'inconscient des attributs qui sont "le propre de la conscience". L'inconscient freudien ne serait que "la conscience du sujet qui interprète sa propre vie mentale inconsciente à la lumière de ses croyances conscientes".
S'il rejette donc l'édifice théorique de Freud, Lionel Naccache n'en rejette pas pour autant la psychanalyse comme "procédé thérapeutique". Sans dogmatisme et en se démarquant de critiques traditionnelles de l'oeuvre de Freud, Lionel Naccache réussit le tour de force de nous éclairer et de questionner un domaine, celui de notre psychisme, sur lequel nous n'avons pas fini de nous interroger.
LE NOUVEL INCONSCIENT de Lionel Naccache. Ed. Odile Jacob, 466 pages, 29 €.

Aucun commentaire: