jeudi, avril 13, 2006

Voici la lettre de suivi éditorial du site Psychanalyse-Paris.com.

Sandor FERENCZI

Symbolisme de la tête de méduse et autres textes

Expériences et exemples de la pratique analytique (1923)
« À partir de l’analyse de rêves et d’associations, j’ai souvent été amené à interpréter la tête de Méduse comme le symbole effrayant de la région génitale féminine, dont la spécificité aurait été déplacé “de bas en haut”. Les nombreux serpents qui s’enroulent autour de la tête, peuvent - selon le principe de la représentation par le contraire - suggérer l’absence du pénis et répéter la terrible impression que produisent sur l’enfant les organes génitaux qui en sont dépourvus (castration). Quant aux yeux de la tête de Méduse, qui suscitent tant d’angoisse et d’effroi, ils sont à interpréter du côté de l’érection » (Sandor Ferenczi, Symbolisme de la tête de méduse).
\n \n Salomon REINACH\n La tête magique des Templiers\n Revue de l’histoire des religions (1911) \n « Ainsi, plus de cent ans avant le procès des Templiers, nous trouvons en Orient, sur la côte syrienne, une légende dérivée de celle de Persée et de Méduse, mais où Persée est devenu un chevalier, miles. Alors que Persée décapite la Gorgone endormie, le chevalier décapite une morte ou retire de sa tombe une tête magique, fruit d’un viol perpétré dans le tombeau même. Le chevalier cache avec soin cette tête redoutable ; il la tient enfermée dans un coffret. Le mystère qui enveloppe ce talisman et le coffret où on le transporte sont des traits qui se retrouvent dans les dispositions que l’enquête a recueillies. Dans un pays où le Templier était le chevalier par excellence, il n’est pas étonnant que l’on ait raconté d’un ou plusieurs Templiers la légende du héros grec devenu un chevalier de leur temps. Une fois cette histoire d’une tête magique mise en circulation, on imagina naturellement qu’elle servait à la fois de talisman et d’idole » (Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions).\n \n L’Humanité.fr\n\t",1]
);
//-->

Salomon REINACH

La tête magique des Templiers

Revue de l’histoire des religions (1911)

« Ainsi, plus de cent ans avant le procès des Templiers, nous trouvons en Orient, sur la côte syrienne, une légende dérivée de celle de Persée et de Méduse, mais où Persée est devenu un chevalier, miles. Alors que Persée décapite la Gorgone endormie, le chevalier décapite une morte ou retire de sa tombe une tête magique, fruit d’un viol perpétré dans le tombeau même. Le chevalier cache avec soin cette tête redoutable ; il la tient enfermée dans un coffret. Le mystère qui enveloppe ce talisman et le coffret où on le transporte sont des traits qui se retrouvent dans les dispositions que l’enquête a recueillies. Dans un pays où le Templier était le chevalier par excellence, il n’est pas étonnant que l’on ait raconté d’un ou plusieurs Templiers la légende du héros grec devenu un chevalier de leur temps. Une fois cette histoire d’une tête magique mise en circulation, on imagina naturellement qu’elle servait à la fois de talisman et d’idole » (Salomon Reinach, Cultes, mythes et religions).
L’Humanité.fr
\n par Sophie Aouillé, psychanalyste\n « Rappelant ce propos d’Arthur Miller, “seule la fiction ne ment pas ; elle ouvre sur la vie d’un homme une porte dérobée”, Martine Bacherich rappelle et démontre au travers des cas abordés que ce qui va intéresser le psychanalyste dans le récit que fait un patient, ce ne sont pas tant les faits en eux-mêmes que la manière singulière dont ils vont être rapportés, énoncés, révélant en creux la combinatoire qui aura donné son empreinte à l’histoire d’un sujet.\n Freud, qui lui-même a défini l’observation psychanalytique comme le “rebut” de l’observation médicale, d’abord étonné que ses histoires de cas se lisent comme des romans, avait fini par penser que c’était la nature même du sujet plus que son propre choix qui imposait ce style, soulignant dans cette proximité entre l’analyse et les histoires quelque chose de structural » (Sophie Aouillé, L’Humanité.fr).\n
\n Libération.fr \n Pas de vagues chez les soigneurs de l’âme\n par Éric Favereau\n « Est-ce la fin de la polémique qui dure depuis plus de trois ans autour de ce que l’on a appelé au départ l’amendement Accoyer ? En dépit du nom de son auteur, il ne s’agit pas du CPE, mais de psychothérapie (...) Sur des points importants, l’avant-projet de décret que Libération s’est procuré ­ apparaît sous une forme plus consensuelle. Il est rappelé que “l’usage du titre de psychothérapeute nécessite une démarche volontaire des professionnels”. Et que “le professionnel doit s’inscrire sur une liste départementale”. Le décret précise que les médecins, les psychologues et tous ceux qui sont inscrits “à un annuaire d’association de psychanalystes” peuvent user de ce titre. Une automaticité qui ne pourra que satisfaire le milieu analytique » (Éric Favereau, ",1]
);
//-->
Dans le laboratoire empli de rêves et d’histoires du psychanalystepar Sophie Aouillé, psychanalyste
« Rappelant ce propos d’Arthur Miller, “seule la fiction ne ment pas ; elle ouvre sur la vie d’un homme une porte dérobée”, Martine Bacherich rappelle et démontre au travers des cas abordés que ce qui va intéresser le psychanalyste dans le récit que fait un patient, ce ne sont pas tant les faits en eux-mêmes que la manière singulière dont ils vont être rapportés, énoncés, révélant en creux la combinatoire qui aura donné son empreinte à l’histoire d’un sujet.Freud, qui lui-même a défini l’observation psychanalytique comme le “rebut” de l’observation médicale, d’abord étonné que ses histoires de cas se lisent comme des romans, avait fini par penser que c’était la nature même du sujet plus que son propre choix qui imposait ce style, soulignant dans cette proximité entre l’analyse et les histoires quelque chose de structural » (Sophie Aouillé, L’Humanité.fr).

Libération.fr Pas de vagues chez les soigneurs de l’âmepar Éric Favereau

« Est-ce la fin de la polémique qui dure depuis plus de trois ans autour de ce que l’on a appelé au départ l’amendement Accoyer ? En dépit du nom de son auteur, il ne s’agit pas du CPE, mais de psychothérapie (...) Sur des points importants, l’avant-projet de décret que Libération s’est procuré ­ apparaît sous une forme plus consensuelle. Il est rappelé que “l’usage du titre de psychothérapeute nécessite une démarche volontaire des professionnels”. Et que “le professionnel doit s’inscrire sur une liste départementale”. Le décret précise que les médecins, les psychologues et tous ceux qui sont inscrits “à un annuaire d’association de psychanalystes” peuvent user de ce titre. Une automaticité qui ne pourra que satisfaire le milieu analytique » (Éric Favereau,
\n \n Théodore FLOURNOY\n Introduction et aperçu général\n Des Indes à la planète Mars (Chapitre I) \n « Pour ne parler que de ce qui me concerne (car nous fûmes trois à partager les honneurs de cette soirée), je ne fus pas peu surpris de reconnaître, dans les scènes que Mlle Smith vit se dérouler dans l’espace vide au-dessus de ma tête, des événements de ma propre famille antérieurs à ma naissance. D’où pouvait donc venir à ce médium, que je rencontrais pour la première fois, la connaissance de ces incidents anciens, d’ordre privé et à coup sûr bien ignorés de la génération présente ? Les prouesses retentissantes de Mme Piper, l’illustre médium bostonien dont la géniale intuition lit dans les souvenirs latents de ses visiteurs comme en un livre ouvert, me revinrent à la mémoire, et je sortis de cette séance avec un renouveau d’espoir - l’espoir si souvent déçu, vestige des curiosités enfantines et de l’attrait du merveilleux, qui rêve de se trouver enfin une bonne fois face à face avec du “supranormal”, mais du vrai et de l’authentique : télépathie, clairvoyance, manifestation spirite, ou autre chose, n’importe quoi, pourvu que cela sorte décidément de l’ordinaire et fasse sauter tous les cadres de la science établie » (Théodore Flournoy, Des Indes à la planète Mars).\n Cordialement,\n Christophe Bormans\n \n \n \n\n\n\n\n",0]
);
//-->
Libération.fr).

Théodore FLOURNOY

Introduction et aperçu général

Des Indes à la planète Mars (Chapitre I)
« Pour ne parler que de ce qui me concerne (car nous fûmes trois à partager les honneurs de cette soirée), je ne fus pas peu surpris de reconnaître, dans les scènes que Mlle Smith vit se dérouler dans l’espace vide au-dessus de ma tête, des événements de ma propre famille antérieurs à ma naissance. D’où pouvait donc venir à ce médium, que je rencontrais pour la première fois, la connaissance de ces incidents anciens, d’ordre privé et à coup sûr bien ignorés de la génération présente ? Les prouesses retentissantes de Mme Piper, l’illustre médium bostonien dont la géniale intuition lit dans les souvenirs latents de ses visiteurs comme en un livre ouvert, me revinrent à la mémoire, et je sortis de cette séance avec un renouveau d’espoir - l’espoir si souvent déçu, vestige des curiosités enfantines et de l’attrait du merveilleux, qui rêve de se trouver enfin une bonne fois face à face avec du “supranormal”, mais du vrai et de l’authentique : télépathie, clairvoyance, manifestation spirite, ou autre chose, n’importe quoi, pourvu que cela sorte décidément de l’ordinaire et fasse sauter tous les cadres de la science établie » (Théodore Flournoy, Des Indes à la planète Mars).
Cordialement,Christophe Bormans

articles de lituraterre

Zen Psychanalyse
http://www.lituraterre.org/illettrisme_topologie_et_psychanalyse-Zen_et_psychanalyse.htm

Naissance de la notion de Réel chez Lacan

http://www.lituraterre.org/Illettrisme_et_Topologie-Naissance_du_Reel_chez_Lacan_1.htm

La violence de l’homogénéisation sociale, et de sa conséquence, l’acculturation,de Pier Paolo Pasolini

http://www.lituraterre.org/Illettrisme-Violence_de_l'homogeneisation_sociale.htm_______________________

le feuilleton français des psychothérapies.

Bonjour,
Pour info, le feuilleton français des psychothérapies. Bien cord. NBT
http://www.ffpp.net/modules/news/article.php?storyid=153
http://www.ffpp.net/modules/news/article.php?storyid=153

Infos diverses
Voilà l'avant projet relatif a la réglementation du titre de psychothérapeute qui était discuté ce vendredi 7 avril entre le ministre et diverses associations...
Si ce texte était adopté, il n'y aurait qu'à créer une association de psychanalyste loi 1901 (par exemple « association des psychanalystes allumés n'étant pas analystes ni thérapeutes »), de créer un annuaire des membres (en faisant simplement une déclaration auprès de la cnil), et voilà, plus besoin de justifier de quoi que ce soit...
Je vous laisse apprécier ce texte qui est contraire à l 'esprit de la loi originelle qui était de protéger le public des charlatans et des dérives sectaires face aux psychothérapeutes dont le titre à ce jour n'est pas protégé, ce qui signifie que n'importe qui peut s'installer en tant que psychothérapeute..
« Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre de la Santé et des Solidarités, Vu le code de la santé publique, notamment les articles L.4111-1 et suivants ;
Vu la loi n°85-772 du 25 juillet 1985 modifiée portant diverses dispositions d'ordre social, notamment son article 44 ;
Vu la loi n°2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment son article 52 ;
Vu le code de l'Education notamment ses articles L.331-1 et suivants,' Vu la loi n °84-52 du 26 janvier 1984 modifiée sur renseignement supérieur ;
Vu le décret n°90-255 du 22 mars 1990 fixant la liste des diplômes permettant de faire usage professionnel du titre de psychologue modifié ;
Le Conseil d'Etat (section sociale) entendu,
DECRETE :
Article 1 - L'usage du titre de psychothérapeute nécessite une démarche volontaire de la part des professionnels.
Pour user de ce titre, le professionnel doit s'inscrire sur une liste départementale,
L'ensemble des listes départementales constitue le registre national des psychothérapeutes prévu à F article 52 de la loi du 9 août 2004 susvisée.
Section 1 : Le registre national des psychothérapeutes
« Article 2 -L'inscription, à leur demande, sur la liste départementale prévue au deuxième alinéa de l'article 52 de la loi du 9 août 2004 susvisée est subordonnée, pour les professionnels, inscrits de droit, en application du troisième alinéa de cet article, à la fourniture de l'une des attestations suivantes :
- l'attestation de l'obtention du diplôme de docteur en médecine ;
- l'attestation ds l'obtention de l'un des diplômes visés au décret n6 90-255 du 22 mars 1950 modifié ;
- l'attestation de l'inscription à un annuaire d'association de psychanalystes. « Article 3 - L'inscription, à leur demande, sur la liste départementale des professionnels, autres que ceux visés à l'article 2, visés au deuxième alinéa de l'article 52 de la loi du 9 août 2004 susvisée, répond aux conditions ci -après :
I. Les professionnels, qui souhaitent faire usage du titre de psychothérapeute, pour la première fois, postérieurement à la date de publication du présent décret doivent fournir :
- l'attestation de la formation en psychopathologie clinique prévue par l'article 6 ;
- une déclaration sur l'honneur, accompagnée de la photocopie des pièces justificatives, faisant état des autres formations suivies dans le domaine de la pratique de la psychothérapie ;
- le cas échéant, l'attestation de l'obtention d'un diplôme relatif à une profession réglementée dans le champ sanitaire et social.
II. Les professionnels, justifiant au moins de cinq années d'expérience, en qualité de psychothérapeute, à la date de publication du présent décret doivent fournir :
- une déclaration sur l'honneur, accompagnée de la photocopie des pièces justificatives, faisant état des formations suivies dans le domaine de la pratique de la psychothérapie , le cas échéant, l'attestation de l'obtention d'un diplôme relatif à une profession réglementée dans le champ sanitaire et social. »
La déclaration sur l'honneur prévue aux 1 et n ci-dessus mentionne notamment l'intitulé et la date d'obtention du diplôme, la durée de la formation, le nom et les coordonnées de l'organisme de formation public ou privé qui a délivré le diplôme, »
III. Les professionnels usant du titre de psychothérapeute à la date de publication du présent décret mais n'attestant pas de cinq années d'expérience professionnelle, en qualité de psychothérapeute, sont inscrits à titre temporaire, sur la liste départementale jusqu'au 1er janvier 2010. Leur maintien sur cette liste au-delà de cette date est subordonné à la production, par leurs soins, de l'attestation de la formation en psychopathologie clinique prévue par l'article 6 du présent décret,
«Article 4- L'inscription sur la liste départementale est gratuite. Elle doit s'effectuer avant l'installation du professionnel, auprès des services du Préfet du département de sa résidence professionnelle principale.
Dans le cas où le professionnel exerce dans plusieurs sites en tant que psychothérapeute, il est tenu de le déclarer et de mentionner les différentes adresses des lieux d'exercice. En cas de changement de situation professionnelle, le professionnel en informe les services du Préfet du département.
Le transfert dans un autre département ou l'interruption de l'activité professionnelle pendant deux ans, en tant que psychothérapeute, donne lieu à une nouvelle inscription, auprès du service de l'Etat compétent de la résidence professionnelle principale ».
« Article 5 - La liste départementale comprend l'identité, le lieu d'exercice principal du professionnel, ainsi que la mention des différentes formations suivies.
Cette liste est tenue la disposition du public qui peut, gratuitement, la consulter sur place ou en obtenir des copies.
Chaque année, un extrait de la liste départementale mentionnant le nom des professionnels usant du titre de psychothérapeutes et leur formation en psychopathologie visée à Particle 6 est publiée au recueil des actes administratifs de la préfecture ».
Section II : La formation minimale commune théorique et pratique en psychopathologie clinique pour user du titre de psychothérapeute
« Article 6 - En application du dernier alinéa de l'article 52, les professionnels, souhaitant user du titre de psychothérapeute et visés aux 1 et in de l'article 3 du présent décret doivent avoir validé une formation théorique et pratique en psychopathologie clinique conforme au cahier des charges fixé par arrêté du ministre chargé de la santé.
(Cette formation peut être confiée à l'université ou à des organismes passant convention avec l'Université».
« Article 7 - Le cahier des charges mentionné à Farticle 6 définit les modalités de la formation en psychopathologie clinique, n vise à permettre aux personnels souhaitant user du titre de psychothérapeute d'acquérir :
- une connaissance des fonctionnements et des processus psychiques ;
- une capacité de discernement des grandes pathologies psychiatriques ;
-une connaissance des différentes théories se rapportant à la psychopathologie ;
-une connaissance des principales approches utilisées en psychothérapie'
Ce cahier des charges doit notamment prévoir une formation théorique d'une durée de, 150 _ heures et un stage pratique d'une durée minimale de quatre mois, fractionnable en tant que de besoin, dans un établissement de santé ou un établissement médico-social accueillant des patients atteints de pathologies psychiques. »
La liste des formations en psychopathologie clinique répondant au cahier des charges est fixée par arrêté.»

. http://www.psychologue.fr/newsletter.php

psychanalyse & cinéma

LE REGARD QUI BAT... Le cinéaste et son œuvre

L’œuvre, pas plus que le regard, ne se consomme. Qu’est-ce qui, dans une œuvre, regarde chaque spectateur, et le captive ?
Le cinéaste fait œuvre à mettre le regard en scène. Le regard est au cœur de l’œuvre, et non pas extérieur à elle.
C’est en l’y déposant que l’artiste, faisant événement, nous donne notre réel à voir.

Proposé par Psychanalyse Actuelle, Le Regard Qui Bat, c’est un dimanche par mois la projection d’un film suivie d’un débat entre spectateurs, cinéastes, psychanalystes, philosophes, historiens…

Avril 2006

MARDI 25 Avril 2006 à 19h30

Cinéma L’Arlequin

76, rue de Rennes 75006 Paris - Projection du film

DEBAT AVEC CLAUDE LANZMANN
APRES LA PROJECTION DE

SHOAH (1985)
Seconde époque
Seconde partie

“Shoah nous apparaît aujourd’hui aussi inquiétant, bouleversant, qu’il y a vingt-et-un ans au moment de sa sortie. Le film dégage une puissance pérenne, éternelle, son coeur immortel n’en finira jamais de nous épouvanter. Chacun est ici appelé à voir / revoir une grande oeuvre, à écouter et questionner son auteur.”
LE REGARD QUI BAT... Le cinéaste et son œuvre

L’œuvre, pas plus que le regard, ne se consomme. Qu’est-ce qui, dans une œuvre, regarde chaque spectateur, et le captive ?
Le cinéaste fait œuvre à mettre le regard en scène. Le regard est au cœur de l’œuvre, et non pas extérieur à elle.
C’est en l’y déposant que l’artiste, faisant événement, nous donne notre réel à voir.

Proposé par Psychanalyse Actuelle, Le Regard Qui Bat, c’est un dimanche par mois la projection d’un film suivie d’un débat entre spectateurs, cinéastes, psychanalystes, philosophes, historiens…

Avril 2006

Cinéma ESCURIAL PANORAMA
11, Bd de Port- Royal 75013 PARIS

En partenariat avec Les écrans de Paris

Mercredi 19 Avril 2006 à 19h30
Soirée exceptionnelle organisée autour du film

SOPHIE SCHOLL
les derniers jours

de Marc Rothemund
2005

Projection suivie d’un débat animé par :
Maria Landau, Fred Siksou, Jean-Jacques Moscovitz,…

Extraits : Vidéos

"Ce film redonne vie à Sophie Scholl, l'une des rares héroïnes de l'histoire allemande, une figure devenue quasiment mythique. Il est centré sur les six derniers jours (du 17 au 22 février 1943) de sa vie, depuis la préparation de l'opération de distribution de tracts à l'université de Munich jusqu'à son arrestation, son interrogatoire, puis sa condamnation et son exécution. Il ne s'agit pas d'atteindre à une épure censée présenter Sophie Scholl comme une sainte, mais comme la jeune femme qu'elle était : aimant la vie, courageuse et fervente, totalement impliquée dans son combat au sein de La Rose Blanche contre le nazisme."
Marc Rothemund

Le synopsis du film :
Munich, 1943. Tandis que Hitler mène une guerre dévastatrice à travers l'Europe, un groupe d'étudiants forme un mouvement de résistance, La Rose Blanche, appelant à la chute du IIIème Reich. D'obédience pacifique, ces membres propagent des tracts antinazis, couvrant les murs de la ville de slogans, et invitent la jeunesse du pays à se mobiliser.
Le 18 février, Hans Scholl et sa soeur Sophie - qui font partie du noyau dur du mouvement - sont aperçus par le concierge de l'université de Munich en train de jeter des centaines de tracts du haut du deuxième étage donnant sur le hall. Ils sont immédiatement appréhendés par la Gestapo et emprisonnés à Stadelheim.
Durant les jours suivants, l'interrogatoire de Sophie Scholl est mené par l'agent de la Gestapo Robert Mohr, un véritable duel psychologique s'engage...

L'hommage de Thomas Mann :
Thomas Mann en exil, sur les ondes de la BBC, en juin 1943, dit à propos de la lutte de la Rose blanche (traduction P. Jundt pour les éd. Martin Flinker, 1948, p. 160-161) : "Le monde est, aujourd'hui, très profondément ému par les incidents qui se sont déroulés à l'université de Munich et dont la nouvelle nous a été transmise, tout d'abord sans précisions, puis avec des détails toujours plus saisissants, par les journaux suisses et suédois. Nous savons maintenant ce qu'il en a été de Hans Scholl, survivant de Stalingrad et de sa soeur, de Christophe Probst, du professeur Huber et de tous les autres. Nous connaissons l'émeute des étudiants qui s'élèvent, à Pâques, contre l'allocution obscène d'un bonze nazi à l'auditorium maximum, leur mort en martyrs sous la hache (...) Courageux, magnifiques jeunes gens ! Vous ne serez pas morts en vain, vous ne serez pas oubliés. Les nazis ont élevé des monuments à de solides apaches, à de vulgaires tueurs... la révolution allemande, la vraie, les détruira et, à leur place, elle immortalisera vos noms, vous qui saviez et qui proclamiez, alors que la nuit couvrait encore l'Allemagne et l'Europe, qu'il "naît une foi nouvelle, la foi à l'honneur et à la liberté"."

Prochaines projections

Le mardi 25 Avril à L’Arlequin 76 r.de Rennes Paris 6e: ‘SHOAH’ de Claude Lanzmann
Le dimanche 14 Mai : « La Captive » de Chantal Ackerman en partenariat avec le Groupe Asphère

Organisation : Barbara Didier, Maria Landau, Françoise Moscovitz, Véronique Haguenauer, Catherine Erman, Nabile Farès, Jean-Jacques Moscovitz, Vanina Micheli-Rechtmann, Fred Siksou et d’autres…
Renseignements Le Regard Qui Bat : psyact@free.fr Site : Le Regard Qui Bat
Contact pour l’organisation de projections : http://www.cinema-tm.com - tm@cinema-tm.com
« Il y a en effet un chemin qui permet le retour de l’imagination à la réalité, et c’est l’art. », Sigmund Freud