samedi, avril 15, 2006

le site du IVème Groupe

Editorial du 6 février 2006
Bienvenue sur le site du IVème Groupe.
Des livres, des articles récents et des contributions inédites sont régulièrement mis en ligne.Les bibliographies de Ghyslain Lévy et de Marie-Thérèse Milcent sont en ligne ainsi que quelques changements de la page histoire.Enfin, se trouve aussi la position du IVème Groupe par rapport à l'avant-projet du Dr Basset concernant le futur statut de psychothérapeute.Jean Peuch-Lestrade


Le Quatrième Groupe est composé de Psychanalystes qui tendent à développer une conception originale de la formation analytique en privilégiant un processus individualisé plutôt qu’un cursus institutionnalisé. Il est issu de la scission en 1969 de quelques Membres de l'Ecole freudienne, scission qui résultait d'un profond désaccord avec la " passe ". Piera Aulagnier, François Perrier et Jean-Paul Valabrega rejoints immédiatement par un petit groupe de collègues, fondèrent le Quatrième Groupe, Quatrième puisque trois sociétés d'analystes existaient à cette époque. Nos fondateurs élaborèrent donc une plate-forme commune qui mettait en avant ce qu'ils considéraient comme souhaitable et exigible dans la formation et l'habilitation d'un analyste.

inconscient blogs et psychanalyse

Depuis les premiers arguments de ce site, nous pensons qu'un des problèmes à étudier en ce qui concerne la psychanalyse dans le cybermonde est l'évolution des rapports au temps, les zones de "contact" entre ce qui est zeitlos et les modalités du présent, de l'immédiat etc.Avec la blogosphère, il s'agit maintenant et très directement de la circulation du "quotidien instantané".On pourrait dire des blogs qu'ils numérisents la nouveauté du quotidien (nouveauté concernant aussi bien les avancées des technologies que ce qui se passe dans la cité). Ces possibilités inédites peuvent-elles concerner les concepts et les idées psychanalytiques?Je vais chercher un commencement de réponse à cette question en étudiant les blogs qui existent déjà.
Certains utilisent à plein la forme blog (telle que définie par exemple dans l'excellent PointBlog), grâce auquel nous sommes quotidiennement informés de l'essentiel de ce qui se passe dans la blogosphère:
PointBlog
Ils mettent en oeuvre avec plus ou moins de bonheur les évolutions techniques à la pointe de l'actualité(par exemple le cloudtag, le podcast , la syndication..) et , travaillant sur cette avancée vers le web.2, ils y développent une pensée personnelle au fil des jours.
Le lecteur a un peu la même impression que quand il lisait les hebdomadaires de culture au beau temps du structuralisme par exemple : l'impression d'être mis en relation avec quelqu'un qui interroge les idées, très souvent avec une réelle compétence, et avec qui des dialogues pourraient s'ouvrir. Apparentée au meilleur du journalisme, la forme blog le permettrait, et bien mieux que l'ancien courrier des lecteurs.


Quand on a vu la vitesse et la fécondité en applications quasi immédiates des développements technologiques de l'Internet, le rythme des modifications en tous genres, il était facile de penser que de tels bouleversements produiraient un jour ou l'autre des restructurations de fond de tout l'ensemble, c'est ce qui se passe depuis les années récentes autour de l'idée et des pratiques dites du Web2.0.Le temps du premier Internet s'est comme brusquement accéléré: il s'agit maintenant de mises en circulation et de réception immédiates de toutes sortes de contenus: textes, images, video. C 'est la forme blog et ses possiblités particulières d'existence dans des boucles multiples qui se trouve privilégiée. On pourrait dire des blogs qu'ils sont une nouvelle forme de l'organisation des flux numériques à partir de l'irruption de toutes les nouveautés dans le quotidien du monde, nouveautés qui se trouvent transformées à leur tour dans les flux qui les brassent et les emportent.Cette forme qui privilégie la vitesse et les inter-actions et dans laquelle (dès la structure de la page) le présent chasse continuellement le présent peut-elle être une alliée pour le travail des concepts et les idées psychanalytiques? Et d'autre part, a-t-elle des aspects qui intéressent plus particulièrement les psychanalystes