vendredi, juillet 21, 2006

Freud, Sigmund, écrivain de langue allemande

Freud, Sigmund, écrivain de langue allemande

Freud aurait-il pu découvrir l'inconscient dans une autre langue que l'allemand ? Voilà probablement l'une des questions les plus sensées que les professionnels de la profession aient posée à l'occasion du 150 ème anniversaire de la naissance de cher Sigmund. On trouve la réponse, ou du moins son ébauche (il fait chaud mais tout de même, n'exagérons rien) dans un entretien que publie La Revue des deux mondes (Juillet-Août 2006, 190 pages, 11 euros).

Eryck de Rubercy a eu la bonne idée de creuser le sujet non avec un psy mais avec un traducteur, l'un des meilleurs puisqu'il est aussi fin et précis en français qu'en allemand comme en témoignent ses traductions de Kafka, Nietzsche, Stifter, Handke (encore lui ? encore lui...) notamment, ainsi que ses propres livres (La traversée des fleuves et surtout l'admirable Le Poing dans la bouche que Verdier publia il y a deux ans), je veux parler de Georges-Arthur Goldschmidt, écrivain français d'origine allemande comme on dit.

Sa définition de la psychanalyse : consiste à trouver ce dont la langue parle vraiment, la part échappée, ce qui résiste aux définitions. Son Freud : l'un des grands écrivains de langue allemande. Le style de Freud : souple, précis, coulant, classique, lisse et absolument rigoureux. Son génie : faire dire aux mots ce qu'ils n'ont pas encore dit en les prenant vraiment au mot, en les cueillant à la racine, en les acculant dos au mur.

L'importance de la Grundsprache : celle d'une langue de fond, une langue de base qui n'existe pas vraiment, et dont l'impossibilité nous sauve d'une complète traduction d'une langue à l'autre. La structure de la phrase allemande : l'inversion grammaticale ne peut pas ne pas rejaillir sur la pensée psychanalytique. La corrélation entre rythme respiratoire de la langue allemande et rythmique sexuelle : on prend beaucoup plus d'air pour parler en allemand qu'en français, question de courbe respiratoire, et la sexualité y est forcément liée...

Voilà tout ce que dit, plus longuement et avec force exemples puisés chez Goethe notamment, Georges-Arthur Goldschmidt, pour dire que "le psychanalyste doit être en fin de compte une sorte de traducteur". Quel meilleur exemple que Freud lui-même puisqu'il fait apparaître ce que les mots disent ! Goldschmidt, qui ne goûte guère la traduction des Oeuvres complètes de Freud dirigée par Jean Laplanche (PUF 1988), prend un exemple parmi cent pour illustrer l'absurdité de certains choix : Hilflosigkeit, pour lequel Laplanche et son équipe inventent le laid et peu éloquent "désaide" quand il existe déjà un terme adéquat "désemparement". Goldschmidt tient qu'en fait, le plus souvent, l'allemand et le français se tournent le dos. Il en veut pour preuve (parmi d'autres) que "tiroir" se dit Schieblade (qui signifie en fait "poussoir"). N'empêche : nul n'a encore trouvé mieux que Marie Bonaparte pour rendre Unheimlich par "inquiétante étrangeté".

A l'issue de cet entretien, Georges-Arthur Goldschmidt entrouve une plus large perspective encore en jugeant que dans Malaise dans la civilisation (ou Malaise dans la culture, c'est comme on voudra), L'Avenir d'une illusion et Psychologie collective et analyse du moi, Freud avait tout prévu, tout anticipé, tout vu du suicide à venir de l'Europe, de la catastrophe annoncée, étant entendu que "le nazisme en somme est l'expression du plus grand refoulement que l'Europe ait jamais connu".

Hypnose Médicale

25e Séminaire annuel 2006 du 9 au 11 novembre 2006 en Hypnose Médicale

Extrait en Français. Pour le programme complet et la présentation des intervenants, veuillez consulter le programme complet

Bienvenue au séminaire annuel de tradition de la SMSH, connu pour son atmosphère confraternel

Nous vous souhaitons la bienvenue au séminaire annuel de la SMSH pour la formation de base et continue le (9) 10 au 12 novembre 2005 au centre de congrès Kreuz à Balsthal - Ateliers en français 4 - 5 - 8 - 39 - 47 en anglais 22 et en italien 21 Talon d'inscription

Nous nous réjouissons de faire votre connaissance à Balsthal, ou de vous y revoir!
Appel à contribution pour le 26e séminaire 2007 à Morat-Loewenber (8 -10 novembre)Nous souhaiterions saisir l'occasion de la publication de ce programme pour lancer un appel à contribution pour le séminaire 2006. Toutes les propositions d'atelier ou de conférence seront accueillies avec le plus grand intérêt par les organisateurs et peuvent dès à présent être adressées au :
Dr méd. Olivier Ryhiner Birsigstr.10, 4054 Basel. Tel: 061/281.36.56 Fax: 061/283.94.40 email:oryhiner@bluewin.ch.