jeudi, novembre 16, 2006

psychanalyse & médecine (JIM°

Kibra, gène de la mémoire chez l’homme ?
La mémoire humaine est un trait polygénique. Or, les progrès récents dans le développement des plates-formes génotypiques à haute densité permettent maintenant l’étude des phénotypes polygéniques. Une équipe de chercheurs suisses et américains, associant des équipes de neurogénomique et de psychiatrie, a ainsi utilisé une plate-forme génotypique à large spectre comprenant plus de 500 000 SNPs (polymorphismes nucléotidiques simples) pour tenter... >>
Migraine : ne pas négliger la comorbidité psychiatrique
La migraine est une affection fréquente, puisque, dans un pays comme les Etats-Unis, elle toucherait 12 % de la population adulte. Elle contribue à une perte importante de productivité, au travers de l’absentéisme professionnel... >>
Le dysfonctionnement thyroïdien infraclinique est-il, chez le sujet âgé, associé à des troubles dépressifs ou cognitifs ?
Le dysfonctionnement thyroïdien infraclinique se caractérise par une modification isolée des taux de TSH, sans modification significative des taux d’hormones thyroïdiennes. L’hypothyroïdie ou l’hyperthyroïdie frustes ont-t-elles... >>
La formation des infirmiers permet-elle de réduire l’utilisation de la contention dans les services de géronto-psychiatrie ?
La contention est fréquemment utilisée dans les services de géronto-psychiatrie, généralement pour éviter les chutes, malgré des preuves de plus en plus nombreuses de l’inefficacité et des conséquences délétères de cette... >>
Les autres infos Psy
Comment retarder l’éjaculation ?
Il a été rapidement constaté que les anti-dépresseurs de la famille des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, alias SSRI (« selective serotonin reuptake inhibitors »), présentaient des effets secondaires sexuels, et que... >>
Comment améliorer la libido des femmes atteintes d’un cancer du sein
Les effets secondaires de la chimiothérapie et de l’hormonothérapie adjuvante peuvent sérieusement affecter la qualité de vie des femmes traitées pour cancer du sein. Les répercussions sur la sexualité, en particulier, sont... >>
Les troubles respiratoires liés au sommeil font le lit de la dépression
Les troubles respiratoires liés au sommeil (TRS) et la dépression conduisent à une morbidité substantielle, mais aussi à des handicaps divers et variés qui peuvent interférer avec les activités de la vie quotidienne. Ils peuvent... >>
L’anxiété favorise la dyspnée
Plusieurs études transversales ont montré qu’anxiété et dépression ont un retentissement sur la perception des symptômes respiratoires. Une équipe suédoise vient de publier la première étude prospective sur le sujet. Elle... >>
Un monde de chien
Alors que le débat rebondit périodiquement en France sur la parité hommes-femmes dans l’hémicycle ou les conseils d’administration, l’OMS nous présente aujourd’hui un rapport accablant sur la vie des femmes dans le monde.... >>
Fibromyalgie : des comorbidités variées et fréquentes
Les données concernant l’épidémiologie de la fibromyalgie restent assez floues, compte tenu de la définition de la maladie qui ne brille pas toujours par sa précision. Son incidence est d’ailleurs, en partie de ce fait, mal... >>
Comment endormir une douleur thoracique non cardiaque …
Les douleurs thoraciques non cardiaques (DTNC) sont un problème fréquent. Lorsqu’elles ne peuvent être rapportées à une origine précise, leur traitement est souvent décevant, avec pour conséquence un retentissement psychologique... >>
Neuroleptiques atypiques dans l’Alzheimer : efficacité limite et tolérance médiocre
Un très grand nombre de patients atteints de maladie d’Alzheimer (MA) présentent des troubles du comportement avec épisodes agressifs ou d’agitation et souffrent d’hallucinations. La prise en charge de ces malades est difficile... >>
L’intelligence vient-elle du sein de la mère… ou de la mère elle-même ?
Depuis une publication princeps dans le JAMA en 1929, de très nombreuses études épidémiologiques ont conclu à un effet favorable de l’allaitement maternel sur le développement de l’intelligence des nourrissons. Au point que... >>
QI : les jumeaux réhabilités !
Plusieurs études déjà anciennes et un travail récent mené en Ecosse chez des sujets nés à la fin des années 50 ont mis en évidence une diminution du quotient intellectuel (QI) chez les jumeaux (- 6 points en moyenne à 9 ans... >>
Autisme : et si c'était l'amygdale ? >>
L’anxiété améliore-t-elle le pronostic vital des patients âgés dépressifs ? >>
Prévention des rechutes dans l’anorexie mentale : la fluoxétine n’est pas la bonne solution >>
Dormir avec la thérapie comportementale >>
Une minute quarante-sept de bonheur ! >>
Surveillez le cœur et la pression artérielle de vos patients âgés sous venlafaxine >>
Grosse fatigue après une maladie infectieuse >>
Méditons (transcendentalement) pour lutter contre

formation en psychanalyse

EPP et psychothérapies

Initier une psychothérapie, en suivre l'évolution, en évaluer les résultats

Organisé par l'Ecole de Psychosomatique

Évaluer les résultats : terminer une psychothérapie et l'évaluer - 8 décembre 2006.

Information : L'Ecole de psychosomatique est agréée par le collège de la HAS (12 octobre 2006) pour l'évaluation des pratiques professionnelles (EPP) des médecins libéraux, hospitaliers et salariés.

Questions traitées : En relation au référentiel d'auto-évaluation des pratiques en psychiatrie de l'HAS, et plus généralement à la démarche d'EPP relative aux psychothérapies, comment aborder les difficiles questions de l'indication, du choix d'une psychothérapie, du suivi de son processus et de l'évaluation pertinente et utile de ses résultats ? Quel est l'apport des données de la littérature sur ces questions ? Le clinicien peut-il extraire de l'analyse systématique de la psychothérapie de quelques cas, qu'il accompagne ou conduit, les données qui lui permettront de définir les changements qui se sont produits chez ses patients et l'effet de son action ? Cette recherche fondée sur la pratique peut-elle contribuer à enrichir et à organiser les connaissances sur les psychothérapies dans une perspective pragmatique et conceptuelle ?
Argument : La psychothérapie est une des approches thérapeutiques majeures dans le champ de la santé mentale. Dans le cadre de l'évaluation des pratiques professionnelles (EPP), les cliniciens sont invités à préciser individuellement, dans le dossier des patients qu'ils suivent, les bases diagnostiques et les critères à partir desquels ils posent l'indication d'une psychothérapie, établissent ses objectifs et déterminent le choix de sa méthode. Vaste tâche ! Dans la pratique, ces éléments restent peu construits. Comment faire ?
Nous proposons de considérer l'EPP comme une occasion pour les cliniciens de réfléchir ensemble à ces questions, de se familiariser aux méthodes qui permettent d'y répondre et d'en construire des référentiels.
Le programme se propose d'apporter au clinicien les moyens de caractériser son approche thérapeutique et ses résultats, de suivre l'évolution de ses cas, et au delà, d'initier une démarche de recherche individuelle et en groupe de pairs fondée sur les pratiques psychothérapiques. Elle est animée par trois cliniciens chercheurs et un chercheur mâtiné de clinique, ce qui est aussi une façon de mettre en relation deux cultures que tout est censé séparer : celle de la clinique et celle de la recherche.
Professionnels concernés : psychiatres, psychologues, psychanalystes, chercheurs, internes... Déroulement : ce programme comprend quatre modules (et un travail en groupe de pairs) :
1. Initier une psychothérapie : Formulation de cas et décision thérapeutique - 31/03/2006
2. En suivre l'évolution a): utilisation de l'ESM et pertinence d'un auto questionnaire - 16/06/2006.
3. En suivre l'évolution b): Présentation et utilisation d'un outil du processus : le PQS - 6/10/2006.
4. En évaluer les résultats : terminer une psychothérapie et l'évaluer - 8 décembre 2006.
Lieu : Fédération Française de Psychiatrie - Hôpital Ste Anne - Bâtiment B (2ème étage) - 1, rue Cabanis 75014 Paris
Inscription pour la formation du 8 décembre : 70 euros (Formation continue 80 euros). Chèque à l'ordre de l'Ecole de Psychosomatique et à adresser au Dr Jean-Michel Thurin - 9, rue Brantôme 75003 PARISn° activité Formation continue 11750953375 - Organisme agréé EPP
Un second cycle de formation commencera en mars prochain : 2 groupes seront ouverts.