mercredi, janvier 10, 2007

Dépression chez les survivants d’Auschwitz

Dépression chez les survivants d’Auschwitz : le poids du passé




Soixante ans après la libération du camp d’Auschwitz, les survivants de l’Holocauste offrent l’occasion d’étudier l’impact, lors du vieillissement, d’un traumatisme survenu au jeune âge et notamment l’interaction entre dépression et syndrome de stress post traumatique.

Une équipe a ainsi comparé 36 survivants consécutifs âgés en moyenne de 79 ans, parmi lesquels 20 (56 %) avaient une dépression majeure caractérisée et 16 % n’étaient pas dépressifs à 18 patients dépressifs qui n’avaient pas été déportés et âgés en moyenne de 84 ans. Neufs variables médicales et sociales ont été examinées.

Par rapport au groupe témoin, les survivants dépressifs étaient significativement plus âgés, avaient plus souvent un syndrome de stress post traumatique et un sentiment de culpabilité, leurs scores aux tests de Beck Anxiety Inventory (BAI) et Brief Psychiatric Rating Scale (BPRS) étaient plus élevées et ils avaient plus souvent des difficultés sociales. Comparé aux survivants non dépressifs les survivants dépressifs souffraient plus souvent de stress post traumatique et de sentiments de culpabilité, ils avaient de moins bons résultats au test d’Hamilton au BAI et au BPRS et davantage de problèmes sociaux.
Les survivants non dépressifs souffraient davantage de syndromes de stress post traumatiques que les témoins mais avaient de meilleurs résultats au test d’Hamilton et au BPRS.

Les prévalences de la dépression et du syndrome de stress post traumatique sont donc très élevées parmi les survivants de l’Holocauste, lesquels, en cas de dépression ont un état psychologique moins bon et davantage de problèmes sociaux que les témoins dépressifs et souffrent davantage de syndromes de stress post traumatique que les survivants non dépressifs.



Dr Bruno Vialatte


Trappler B et Coll. : “Impact of Early Lifetime Trauma in Later Life: Depression Among Holocaust Survivors 60 Years After the Liberation of Auschwitz” Am J Geriatr Psychiatry 2007 : 15 : 79-83

Aucun commentaire: