vendredi, février 09, 2007

info

Sylvie Mesure et Patrick Savidan : vitalité des sciences humaines

Qui a dit que les sciences humaines étaient en crise ? A arpenter ce dictionnaire, où la sociologie dialogue avec la linguistique et la psychanalyse, où le droit croise l'anthropologie et la philosophie, on est frappé par leur vitalité et leur inventivité.....

suite sur : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-864919,0.html

"le monde des livres" consacre un dossier sciences humaines j'ai donc également relevé :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-864942,0.html concernant : "La psychanalyse au risque des neurosciences", avec Pierre-Henri Castel, Magali Molinié, Lionel Naccache, Gérard Pommier (11 février, 17 h-18 h 30).
ayant consacré un blog à l'intégration

Dominique Schnapper : pour une démocratie d'intégr...

qui attends vos réactions

pour se détendre voici enfin
La Fosse aux serpents

* De Anatole Litvak
* Avec Olivia De Havilland, Mark Stevens, Leo Genn

Mot de l'éditeur

Atteinte de schizophrénie, une jeune femme, Olivia, est internée en hôpital psychiatrique. Elle n'a plus aucun souvenir et ne reconnaît même pas son mari. Le docteur Kik tente de lui faire retrouver la mémoire.
Lorsque Anatole Litvak proposa à Darryl F. Zanuck, grand patron de la Fox, de porter à l'écran le roman autobiographique de Mary Jane Ward (qui avait passé 7 ans dans un asile psychiatrique), ce dernier donna son accord le lendemain même! Trois psychiatres conseillèrent Litvak et ses scénaristes, qui passèrent ensuite 3 mois à observer des malades dans des hôpitaux. Les acteurs se documentèrent avec autant de sérieux, et Olivia De Havilland rencontra même une schizophrène qui avait le même type de relations avec son docteur qu'elle avec Leo Genn dans le film! La psychanalyse était alors à la mode mais le sujet, la folie, était audacieux et le film fit sensation. Est resté célèbre le gigantesque travelling de bas en haut, identifiant la salle où sont réunies les malades à une immense "fosse aux serpents".
cordial
ft